Mon compte

Alors que le nombre de professionnels dans notre société québécoise s’est accru de façon exponentielle1, la présence des femmes dans cet univers connaît aussi une croissance fulgurante. Elles occupent désormais une place importante dans des milieux de travail où elles étaient minoritaires il y a à peine quelques décennies.

Esquisse des différences

Par l’entremise d’un sondage réalisé par la firme Ipsos2, la Financière a voulu mieux comprendre les besoins et attentes des professionnels d’aujourd’hui, hommes et femmes. Cette analyse nous révèle que les professionnelles ont des préoccupations différentes de leurs collègues masculins et que leurs priorités financières sont beaucoup plus éclectiques. L’importance accordée par les femmes à la famille n’étonnera personne : que ce soit l’éducation et le bien-être de leurs enfants, ou la prise en charge d’un parent âgé ou en perte d’autonomie, les femmes restent sur la ligne de front.

Épargne, budget, placements…

Investies dans leur pratique, les professionnelles ont souvent peu de temps pour planifier leur avenir financier. Même si elles s’avèrent généralement d’excellentes gestionnaires de leurs finances au quotidien, le placement et les stratégies fiscales restent des domaines peu familiers pour la majorité d’entre elles. Dans le cadre de la recherche Ipsos, les femmes ont indiqué :

  • Détenir moins d’actifs (4 sur 10 détiennent moins de 250 K$);
  • Avoir une tolérance au risque beaucoup plus faible (91 % ont un seuil de tolérance de faible à modéré);
  • Posséder moins de connaissances en placement que leurs confrères (63 % déclarent en posséder peu ou aucune).

Alors que 9 professionnels sur 10 ont un conseiller financier, les hommes se montrent plus impliqués dans la recherche d’information et plus prêts à en discuter avec leur conseiller que leurs consœurs. Pressées par leurs obligations, les professionnelles ont tendance à s’en remettre davantage aux conseils et à l’expertise de leur conseiller, une attitude qui semble en voie de changement auprès de la relève.

Quand vient la retraite…

Même si les professionnels connaissent souvent des carrières plus longues que la moyenne des travailleurs, le moment de la retraite arrive inévitablement. Et c’est ici que les femmes sont désavantagées, leur épargne étant moins importante que celle des hommes, et donc moins apte à subvenir à leurs besoins. Leur implication dans le bien-être de leur famille leur fait souvent oublier de se préparer à leur éventuel retrait du monde professionnel et donc, à leur capacité de gagner leur vie. Même si les comportements évoluent chez la génération des 19-35 ans, l’aspect financier de la profession et la planification à moyen et à long terme demeurent des sujets peu discutés.

La valeur du conseil

Les gains des femmes en matière de réalisation personnelle et d’autonomie financière sont immenses. Il reste maintenant à matérialiser ces gains en une sécurité individuelle accrue face aux événements de la vie, en une capacité à concrétiser des projets longuement chéris et à planifier une retraite confortable, à l’épreuve des tracas financiers.

À la Financière, nous sommes très conscients des enjeux auxquels sont confrontées les professionnelles. Notre proximité avec nos regroupements professionnels actionnaires nous a permis de suivre cette évolution et de nous ajuster aux nouvelles attentes des femmes, qu’elles soient médecins, dentistes, notaires, pharmaciennes ou architectes.

Les enjeux financiers des femmes se nomment placements, incorporation, fractionnement de revenu, planification de retraite et planification successorale. En tant que professionnelles, elles méritent les services d’experts capables non seulement de bien gérer leur patrimoine, mais aussi d’être à l’écoute de leurs préoccupations pour trouver des solutions efficaces et adaptées aux événements reliés à leurs étapes de vie.

Notre équipe de conseillères et de conseillers, épaulée par notre équipe de spécialistes en fiscalité, en notariat, en planification financière et en placements possède l’expérience, les compétences et surtout la connaissance de votre réalité professionnelle pour vous procurer cet accompagnement. De prochains articles vous en apprendront davantage sur notre démarche.

 


Ginette Paquin, Vice-présidente, Communications et Marketing

 


1 formation-profession.org/en/pages/article/21/5/a24

2 Ipsos, Étude de marché – Rapport final, avril 2016.

3 P. Keroack, Une relève à l’image de la profession, Le Spécialiste, vol. 19, no 1, mars 2017

4 www.odq.qc.ca/Publications/Statistiques/tabid/290/language/fr-CA/Default.aspx

5 affaires.lapresse.ca/cv/emplois/201309/30/01-4694771-pharmaciens-les-besoins-sontgrands.php

6 www.vdocshop.com/doc/aqpp2/portrait_pharmacie_qc_2014_aqpp/2014060501/18.html#18

7 www.apnq.qc.ca/node/5

8 www.oaq.com/esquisses/archives_en_html/vie_au_travail/dossier/les_femmes_en_ architecture.html

Pour effectuer une analyse de votre situation,
adressez-vous en toute confiance à l’un de nos conseillers.