Mon compte

En novembre, la croissance économique à l’échelle de la planète s’est poursuivie, portée par une augmentation des échanges commerciaux aux États-Unis et dans l’ensemble des pays de l’OCDE. Les Bourses mondiales ont aussi continué leur ascension, grâce notamment à une hausse des profits des entreprises.

La plupart des facteurs fondamentaux demeurent positifs ou neutres, incluant le nombre d’emplois créés et l’indice manufacturier global des directeurs d’achat. Pour le moment, le degré élevé de complaisance des investisseurs représente le principal danger qui guette les marchés.

État des marchés au 30 novembre 2017

Marchés boursiers
  • La Bourse canadienne a enregistré une faible progression en novembre, l’indice S&P/TSX ayant crû de seulement 42 points (0,3 %). La bonne tenue des titres des assureurs et des entreprises du secteur de la consommation a été tempérée par les performances décevantes des sociétés industrielles et des producteurs de pétrole.
  • Aux États-Unis, les marchés boursiers ont grimpé de 3,1 % pendant le mois, poussés par le sentiment d’optimisme lié à la croissance de l’économie et des bénéfices des sociétés. Les titres technologiques ont encore connu de fortes hausses, mais contrairement à ce qui s’était produit lors de la bulle techno de 2000, les sociétés de ce secteur affichent de solides profits.
  • Du côté des Bourses internationales, certaines ont mieux fait que d’autres. La Bourse japonaise a progressé de 4,3 %, alors que les places boursières de l’Europe et des pays émergents faisaient du surplace. Pendant ce temps, la Bourse de Londres perdait 1,7 % de sa valeur.

Bourse de Toronto – Novembre 2017
3 meilleures performances
  • Cameco Corp                                      +15,5 %
  • Teck Resources                                   +12,4 %
  • Dollarama                                              + 9,8 %
3 pires performances
  • Crescent Point Energy                        -11,0 %
  • Saputo                                                  -6,0 %
  • Canadian National  Railway                 -3,0 %

Marchés obligataires
  • La baisse des taux d’intérêt de plus longue échéance a fait monter le prix des obligations, permettant à celles-ci d’enregistrer des rendements positifs pour le mois.
  • Les taux d’intérêt des obligations de cinq ans du gouvernement canadien ont grimpé jusqu’à 1,7 %, ce qui est pratiquement deux fois plus élevé que le niveau atteint cet été.

Faits saillants mensuels

  • Le dollar canadien est demeuré stable par rapport à la devise américaine, clôturant le mois à 0,775 $US.
  • Le prix du baril de pétrole a fini la période en hausse, à 57,50 $US, son plus haut niveau depuis 2015.
  • Le prix des matériaux de base s’est replié en novembre. La valeur du nickel a chuté de 10 %, alors que les cours de l’aluminium et du cuivre perdaient respectivement 5 % et 1 %.

Zoom sur les événements marquants

  • Les pays membres de l’OPEP ont convenu de prolonger jusqu’à la fin de 2018 l’encadrement de la production de pétrole en vigueur depuis le début de l’année, une décision qui avait déjà été escomptée dans le prix actuel du baril.
  • Les ventes au détail enregistrées aux États-Unis dans le cadre du Vendredi fou et du Cyberlundi ont fracassé de nouveaux records, ce qui a contribué à la progression de l’économie américaine en novembre.
  • Au Canada, plus de 80 000 emplois ont été créés durant le mois, faisant chuter le taux de chômage à 5,9 %, son plus bas niveau des dix dernières années.
  • D’importantes étapes ont été franchies avec succès du côté du plan fiscal de l’administration Trump et les probabilités qu’il soit approuvé d’ici la fin de l’année sont élevées. Cette réforme de l’impôt devrait bonifier la croissance économique du pays
    de 0,3 % et les profits des entreprises de 5 % en 2018.
Risques à surveiller de près
  • Selon une étude de Morgan Stanley, une augmentation trop rapide des taux d’intérêt par les banques centrales, le levier financier élevé dont disposent les consommateurs et les entreprises, ainsi que le fort sentiment de confiance des investisseurs sont les principaux facteurs qui pourraient mettre fin au marché boursier haussier.
  • La réduction du bilan de la Réserve fédérale américaine serait susceptible d’avoir des répercussions négatives, mais puisque cette stratégie de normalisation monétaire constitue une première, l’incertitude perdure.
  • Certains risques de nature géopolitique sont toujours bien réels, soit les tensions avec la Corée du Nord, le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine, la possible fin de l’ALENA et les troubles au Moyen-Orient.

Coup d’oeil sur les rendements des portefeuilles

En novembre, le rendement des portefeuilles équilibrés en Gestion privée de portefeuilles et en Gestion privée en titres a de nouveau été positif, en raison principalement de la très bonne performance des actions internationales. Le rendement cumulé de ces portefeuilles pour l’ensemble de l’année jusqu’ici s’est ainsi accentué. Les obligations ont également enregistré des gains durant le mois.

D’un point de vue stratégique

Le positionnement de nos portefeuilles sera influencé par le rythme du resserrement de la politique monétaire de la Fed. Au moment d’écrire ces lignes, nous maintenons une légère surpondération en actions, principalement pour les raisons suivantes :

  • la conjoncture favorable et le risque de récession reste limité;
  • l’inflation n’est pas une menace;
  • la croissance des revenus et des profits des sociétés se poursuit;
  • les dividendes sont attrayants par rapport aux faibles taux d’intérêt.

Compte tenu de la cherté des actions et du fait que la confiance des investisseurs atteignent un sommet des 30 dernières années, nous continuerons à faire preuve de prudence en regard des marchés boursiers.

François Landry, CFA
Premier vice-président et chef des placements

Les informations contenues aux présentes proviennent de sources que nous jugeons fiables; toutefois, nous n’offrons aucune garantie à l’égard de ces informations et elles pourraient s’avérer incomplètes. Les opinions exprimées sont basées sur notre analyse et interprétation de ces renseignements et ne devraient en aucun cas être considérés comme une recommandation. Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec votre conseiller en gestion de patrimoine ou votre spécialiste en matière fiscale, comptable ou juridique.

Pour effectuer une analyse de votre situation,
adressez-vous en toute confiance à l’un de nos conseillers.