Mon compte

Yann Furic
B.B.A., M. Sc., CFA

Gestionnaire principal, répartition d’actifs et stratégies alternatives

Les bourses gagnent encore du terrain

La plupart des places boursières ont bien fait en octobre, stimulées par une autre baisse du taux directeur aux États-Unis et par les nouvelles encourageantes sur l’évolution des négociations commerciales entre Pékin et Washington. Si les données économiques globales semblent se stabiliser, elles demeurent cependant mixtes et la croissance mondiale n’est pas à l’abri de divers risques qui pourraient la freiner davantage.

Zoom sur le mois dernier

Survol des Bourses mondiales*
  • L’indice-phare de la Bourse canadienne, le S&P/TSX, a perdu 0,9 % de sa valeur en octobre.
  • Les Bourses américaines ont terminé la période en territoire positif, les indices S&P 500 et Nasdaq ayant respectivement crû de 1,6 % et 3,1 %.
  • La majorité des places boursières internationales ont réalisé des gains, l’indice EAFE enregistrant une progression de 3,0 %.
  • Les actions des pays émergents se sont appréciées de 3,6 % alors que les marchés boursiers chinois grimpaient de 3,4 %.

*Tous les chiffres de cette section sont en devise canadienne. Source : Bloomberg, sauf si indiqué différemment,

Événements marquants

  • Après avoir réduit son taux directeur en juillet et septembre, la Réserve fédérale américaine (Fed) en a fait de même en octobre. Rappelons que par le passé, les marchés boursiers ont affiché une performance positive au cours des 12 mois qui ont suivi trois réductions consécutives du taux directeur de la Fed.
  • La courbe des taux de 10 ans par rapport à ceux de 3 mois n’est plus inversée aux États-Unis et l’est de moins en moins au Canada, ce qui indique que les risques de récession s’amenuisent.
  • La création d’emplois aux États-Unis a été plus forte que prévu et les chiffres de septembre ont été révisés à la hausse. Au Canada, les anticipations se chiffraient à 15 000 nouveaux emplois en octobre alors que 1 800 postes de moins ont été créés. Notons toutefois que le nombre de personnes qui ont trouvé un travail en septembre avait été supérieur aux attentes, ce qui fait que la situation de l’emploi se révèle favorable pour les deux derniers mois. Les salaires ont par ailleurs progressé de 4,4 % sur un an et le taux de chômage est resté stable à 5,5 %.
  • Dans l’ensemble, les résultats des entreprises au troisième trimestre sont meilleurs qu’anticipé. Les ventes et les profits ont généralement surpassé les attentes et la décroissance des bénéfices par rapport à l’an dernier est inférieure aux prévisions.
  • Les négociations sur le commerce entre la Chine et les États-Unis se poursuivent et certains aspects positifs se dégagent des discussions qui se déroulent à haut niveau.
  • La date d’entrée en vigueur du Brexit a été repoussée au 31 janvier 2020 et des élections anticipées se tiendront au Royaume-Uni le 12 décembre prochain, ce qui devrait permettre d’en savoir plus sur la façon dont les Britanniques quitteront l’Union européenne.
  • L’enquête amorcée par les démocrates en vue de la destitution du président Trump paralyse le Congrès américain et retarde la ratification du nouvel accord commercial entre les États-Unis, le Mexique et le Canada (AEUMC).

François Landry
CFA

Vice-président du conseil d'administration, Financière des professionnels - Gestion privée

Comportement de nos fonds

La performance de la majorité de nos fonds et portefeuilles a été supérieure à celle de leurs indices de référence en octobre. Au classement Morningstar, les résultats ont été mixtes, certains de nos portefeuilles ayant affiché de meilleurs rendements que d’autres. Il convient de noter que l’incertitude politique qui règne actuellement et les fréquents revirements de situation observés augmentent considérablement le degré de risque des prévisions.

Panorama financier stratégie

Notre veille stratégique

Principaux risques

Voici quelques risques susceptibles de nuire à l’économie et aux marchés durant les prochains mois.

  • De nouveaux développements dans l’enquête liée à la procédure de destitution du président américain pourraient accroître le niveau d’inquiétude des investisseurs et la volatilité sur les marchés.
  • Une dégradation ou un échec des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine aurait pour effet d’amplifier le recul du secteur manufacturier américain et la contraction de l’économie mondiale.
  • La possibilité que l’AEUMC ne soit pas signé en raison de la paralysie du Congrès ainsi que la saga du Brexit sont d’autres facteurs qui auront un impact sur la suite des choses.

Indicateurs fondamentaux

Différentiel des taux 2 ans et 10 ans aux États-Unis  

La courbe des taux des obligations américaines n’est plus inversée à la suite de la nouvelle baisse du taux directeur de la Fed et de la diminution des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis. Le contexte économique plus optimiste pour les mois à venir a entraîné une hausse des taux d’intérêt à long terme sur les marchés obligataires.

Nos stratégies

En mai dernier, le contexte nous avait incités à porter notre pondération en obligations au sein du Portefeuille privé FDP Répartition tactique d’actifs à 55 %, comparativement à 45 % pour les actions.

Depuis ce temps, et plus particulièrement depuis la fin du mois d’octobre, le risque de récession a diminué, les entreprises ont réalisé des profits plus élevés que prévu et les négociations entre la Chine et les États-Unis ont repris. Ces facteurs nous laissent croire que les marchés boursiers offrent un potentiel de rendement supérieur aux marchés obligataires pour un niveau de risque comparable et c’est pourquoi nous avons augmenté le poids en actions du Portefeuille privé FDP Répartition tactique d’actifs à 60 %, tout en abaissant celui en obligations à 40 %.

François Landry, CFA
Vice-président et chef des placements

Yann Furic, B.B.A., M. Sc., CFA
Gestionnaire, répartition d’actifs et stratégies alternatives


Source des données : Bloomberg

Les informations contenues aux présentes proviennent de sources que nous jugeons fiables; toutefois, nous n’offrons aucune garantie à l’égard de ces informations et elles pourraient s’avérer incomplètes. Les opinions exprimées sont basées sur notre analyse et interprétation de ces renseignements et ne devraient en aucun cas être considérés comme une recommandation. Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec votre conseiller en gestion de patrimoine ou votre spécialiste en matière fiscale, comptable ou juridique.

Pour effectuer une analyse de votre situation,
adressez-vous en toute confiance à l’un de nos conseillers.