Mon compte

La croissance globale reste forte et les économies du Canada et des États-Unis ont bien progressé en mai, tout comme leurs places boursières. En Europe, les bourses ont clos le mois en territoire négatif, freinées par l’émergence de certains risques de nature politique. Le rendement des obligations canadiennes est demeuré positif et le huard s’est légèrement déprécié par rapport à la devise américaine.

Zoom sur le mois dernier

Survol des bourses mondiales
  • Aux États-Unis, l’indice S&P 500 a connu une hausse de 2,4 % en mai, alors que le Nasdaq, l’indice américain à dominante technologique, s’appréciait de 5,3 %.
  • La Bourse canadienne s’est également bien comportée, le S&P/TSX ayant gagné 3,1 %.
  • Les places boursières d’Europe ont enregistré une baisse de 1,4 %, pendant que celles du Royaume-Uni grimpaient de 2,8 %.
  • Les Bourses des pays émergents ont terminé la période avec un rendement de -3,8 %.
Événements marquants
  • Après avoir atteint 72,82 $ le 22 mai, le prix du baril de pétrole a chuté pour clore le mois en retrait de 2,3 %. La volonté de l’OPEP d’augmenter prochainement le niveau de la production mondiale expliquerait cette diminution. Le cours de l’or noir a néanmoins crû de 10,8 % jusqu’ici en 2018.
  • La création d’emplois a été plus forte qu’anticipé aux États-Unis. Chez nous, le nombre de nouveaux postes permanents a baissé de 31 000 et 23 600 postes à temps partiel ont été créés, ce qui représente une perte nette de 7 500 emplois.
  • La renégociation de l’ALENA s’est poursuivie, mais il est très difficile de prédire ce qui adviendra de cette entente. Les informations contradictoires provenant du président américain et de ses conseillers économiques n’ont pour l’instant rien de rassurant.
  • L’imposition de tarifs douaniers très élevés sur les exportations canadiennes d’acier et d’aluminium a finalement pris effet le 31 mai. Répliquant au président Trump, le premier ministre Trudeau a annoncé l’entrée en vigueur dès juillet de surtaxes sur différents produits importés des États-Unis.
  • En Europe, les Italiens et les Espagnols sont aux prises avec des problèmes politiques qui causent des remous au sein de l’Union européenne. La formation d’un gouvernement de coalition populiste en Italie à la suite d’élections infructueuses génère beaucoup d’incertitude, tout comme la démission du premier ministre d’Espagne, accusé de corruption. Ces deux événements remettent en lumière la vulnérabilité de la zone euro.
  • Du côté des politiques monétaires, la Réserve fédérale américaine a laissé son taux directeur inchangé en mai, mais une augmentation de 0,25 % a été annoncée en juin, qui devrait être suivie de deux autres d’ici décembre. La Banque du Canada envisagerait deux majorations de taux au pays, en juin et décembre.
Comportement de nos fonds

Nos fonds ont bien progressé pendant le mois. La surpondération en actions a été favorable à nos différentes stratégies équilibrées et nos portefeuilles obligataires ont également affiché des rendements positifs.

Notre veille stratégique

Principaux risques

Voici quelques risques que nous suivrons de près durant les prochains mois.

  • Les hausses des taux directeurs au Canada et aux États-Unis devraient générer une inflation plus marquée durant la seconde portion de 2018. Ce phénomène, combiné à une croissance économique plus faible, serait susceptible de causer un épisode de stagflation qui pourrait nuire aux consommateurs, aux sociétés et aux marchés.
  • Certains risques de nature géopolitique sont préoccupants à l’échelle de la planète, particulièrement la guerre commerciale que les États-Unis semblent vouloir livrer à la Chine, au Canada et à l’Europe. Il faudra aussi se méfier de la crise de confiance envers les devises des pays émergents (Turquie, Argentine et Brésil), des impacts des problèmes politiques de l’Italie et de l’Espagne sur les autres pays européens et des tensions au Moyen-Orient à la suite du retrait des Américains de l’accord sur le nucléaire iranien.
Indicateurs fondamentaux

En mai, les principaux indicateurs fondamentaux sont demeurés plutôt stables. Deux d’entre eux ont cependant légèrement évolué.

  • La prime de risque des obligations du gouvernement de l’Italie s’est accrue en raison de l’incertitude politique qui règne dans le pays. Les autorités italiennes devront donc payer un taux d’intérêt plus élevé pour leurs nouvelles émissions de dettes souveraines. Une diminution des investissements gouvernementaux et une augmentation des taux d’intérêt des emprunts bancaires seraient ainsi observées, ce qui se traduirait par une décélération de la croissance économique intérieure.
  • La confiance des investisseurs a atteint un niveau plus neutre en mai, ceux-ci étant maintenant plus optimistes. Davantage d’investisseurs affichent une attitude positive face aux marchés, sans pour autant faire preuve de complaisance à leur égard.
Nos stratégies

Nous maintenons une surpondération en actions, bien que nous l’ayons un peu réduite en mai, au profit de l’encaisse. Notre stratégie actuelle privilégie encore les titres boursiers et repose sur les facteurs suivants :

  • la conjoncture économique reste encourageante et le risque de récession demeure faible;
  • la menace d’une inflation incontrôlée est faible, mais les augmentations de taux de la Réserve fédérale américaine et de la Banque du Canada favoriseraient les titres à revenu fixe de courte échéance;
  • la progression des revenus est soutenue;
  • l’évaluation des actions est raisonnable.

 

François Landry, CFA
Premier vice-président et chef des placements

Source des données : Bloomberg

Les informations contenues aux présentes proviennent de sources que nous jugeons fiables; toutefois, nous n’offrons aucune garantie à l’égard de ces informations et elles pourraient s’avérer incomplètes. Les opinions exprimées sont basées sur notre analyse et interprétation de ces renseignements et ne devraient en aucun cas être considérés comme une recommandation. Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec votre conseiller en gestion de patrimoine ou votre spécialiste en matière fiscale, comptable ou juridique.

Pour effectuer une analyse de votre situation,
adressez-vous en toute confiance à l’un de nos conseillers.