Mon compte

Yann Furic
B.B.A., M. Sc., CFA

Gestionnaire principal, répartition d’actifs et stratégies alternatives

Les bourses mondiales récupèrent une partie de leurs pertes

La réouverture des économies à l’échelle mondiale et l’optimisme face au développement d’un vaccin contre la COVID-19 ont redonné de la vigueur aux marchés boursiers globaux. La volatilité est toutefois encore bien présente, en raison notamment des tensions raciales aux États-Unis et des probabilités qu’une seconde vague d’infections se déclare.

Zoom sur le mois dernier

Survol des bourses mondiales*
  • L’indice phare de la Bourse canadienne, le S&P/TSX, a progressé de 2,8 % en mai, pour un rendement de -11 % lors des cinq premiers mois de 2020.
  • Aux États-Unis, le S&P 500 a gagné 4,5 % pendant que le Nasdaq grimpait de 6,8 %, ce qui porte leur rendement pour l’année à -5,8 % et +5,8 %.
  • Les bourses internationales ont aussi affiché des résultats positifs durant le mois, l’indice EAFE ayant crû de 4,1 %, pour un résultat cumulatif jusqu’ici cette année de -15,3 %.
  • Les actions des pays émergents se sont appréciées de 0,5 % en mai (-12 % en 2020) et celles de la Chine ont reculé de 1,4 % (+1 % en 2020).

*Tous les chiffres de cette section sont en devise canadienne. Source : Bloomberg, sauf si indiqué différemment,

Événements marquants

  • La propagation du nouveau coronavirus et ses conséquences néfastes sur l’économie mondiale retiennent encore ce mois-ci l’attention des marchés et éclipsent toutes les autres données économiques.
  • Les investisseurs ont pris du recul pour attendre de voir de quelle façon le virus évoluera dans les pays qui ont amorcé un processus de déconfinement.
  • En réaction à la pandémie de la COVID-19, les banques centrales de partout dans le monde ont procédé à l’injection massive de liquidités dans les marchés financiers, tout en abaissant fortement leurs taux directeurs.
  • Les gouvernements ont déployé d’importantes mesures fiscales et financières pour permettre aux entreprises et à leurs employés de toucher des revenus malgré la pause forcée des économies.
  • Le prix du pétrole est reparti vers le haut à la suite de la prolongation des coupures de production et de la reprise de l’économie mondiale.
  • Alors que les économistes envisageaient de mauvaises nouvelles sur le front de l’emploi en mai au Canada et aux États-Unis, c’est plutôt l’inverse qui s’est produit. Des centaines de milliers de nouveaux postes ont été créés de part et d’autre de la frontière. La réouverture des économies a vraisemblablement eu un impact plus rapide qu’anticipé sur les embauches, les programmes de subvention salariale pouvant avoir incité des entreprises à réengager leurs employés au plus vite.
  • Les obligations fédérales du Canada, toutes échéances confondues, ont affiché un rendement de 0,1 % ce mois-ci et elles ont progressé de 7,0 % depuis le début de 2020. (Source : Canaccord Genuity)

Panorama financier stratégie

Notre veille stratégique

Principaux risques

Voici quelques risques que nous surveillerons de près dans le contexte actuel.

  • La récession provoquée par la crise sanitaire pourrait se révéler plus sérieuse que prévu et entraîner une dépression économique, surtout si une seconde vague survenait et nécessitait le retour de mesures de confinement strictes.
  • L’impact négatif et persistant de la pandémie sur la confiance des consommateurs serait susceptible de causer une diminution des dépenses de consommation sur une longue période, ce qui ferait perdurer la récession.
  • Une escalade des tensions entre la Chine et les États-Unis pourrait remettre en question l’accord commercial initial de phase 1 déjà paraphé et repousser les négociations ainsi que la signature d’une seconde phase qui serait plus complète.

Indicateurs fondamentaux

Quelques indicateurs économiques se sont améliorés au cours du mois de mai.

Indice manufacturier global des directeurs d’achats

Le niveau de cet indice est demeuré sous la barre des 50, ce qui indique tout de même une contraction de l’activité manufacturière. La tendance s’est cependant améliorée et l’indice se situe présentement au-dessus de la marque de 40.

Première prestation de chômage aux États-Unis

Les demandes de prestations de chômage ont considérablement diminué depuis le mois dernier, ce qui est de bon augure.

Création d’emplois aux États-Unis

À la surprise générale, le nombre d’emplois créés aux États-Unis a largement dépassé les prévisions des économistes, une situation qui a aussi été observée au Canada.

François Landry
CFA

Vice-président du conseil d'administration, Financière des professionnels - Gestion privée

Nos stratégies

En attendant d’avoir une vision plus nette des répercussions de la crise sanitaire actuelle, nous conservons une position neutre dans le Portefeuille privé FDP Répartition tactique d’actifs, soit 55 % d’actions et 45 % d’obligations.

Nous avons réintégré une position neutre du côté des titres des régions représentées au sein de l’indice EAFE, à la suite des mesures fiscales mises en place en Europe et de la réouverture des économies de la zone euro. Notre sous-pondération en actions canadiennes a été réduite et nous avons accru notre exposition au secteur bancaire canadien. Enfin, dans un contexte où les tensions entre Pékin et Washington augmentent, nous conservons une surpondération en actions américaines et ramenons le poids des titres des pays émergents à un niveau neutre.

François Landry, CFA
Vice-président et chef des placements

Yann Furic, B.B.A., M. Sc., CFA
Gestionnaire principal, répartition d’actifs et stratégies alternatives


Source des données : Bloomberg

Les informations contenues aux présentes proviennent de sources que nous jugeons fiables; toutefois, nous n’offrons aucune garantie à l’égard de ces informations et elles pourraient s’avérer incomplètes. Les opinions exprimées sont basées sur notre analyse et interprétation de ces renseignements et ne devraient en aucun cas être considérés comme une recommandation. Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec votre conseiller en gestion de patrimoine ou votre spécialiste en matière fiscale, comptable ou juridique.

Pour effectuer une analyse de votre situation,
adressez-vous en toute confiance à l’un de nos conseillers.