Mon compte

Recul des bourses à l’échelle de la planète

Les marchés boursiers mondiaux ont connu leur pire mois de l’année en mai, principalement en raison de l’escalade des tensions commerciales provoquée par les États-Unis. Sur le plan économique, certains pays s’en tirent mieux que d’autres, mais la tendance semble pointer vers un ralentissement global.

Zoom sur le mois dernier

Survol des Bourses mondiales*

  • Aux États-Unis, le Nasdaq a chuté de 7 % en mai, pendant que l’indice S&P 500 perdait 5,6 % de sa valeur.
  • La Bourse canadienne a un peu mieux fait, mais le S&P/TSX s’est tout de même replié de 3,1 % durant la période.
  • Les places boursières internationales ont suivi la tendance négative, l’indice EAFE ayant clos le mois en baisse de 3,9 %.
  • Ailleurs dans le monde, les marchés boursiers des pays émergents ont cédé 6,5 % alors que la Bourse chinoise plongeait de 12,3 %.

              *Tous les pourcentages de cette section sont en devise canadienne.

Événements marquants

 

  • En mai, l’administration américaine a durci sa position en matière de politique commerciale. Tout d’abord, alors que les observateurs s’attendaient à la signature d’un accord entre les États-Unis et la Chine, Washington a annoncé la mise en place de nouveaux tarifs de 10 % à 25 % sur 200 milliards $US d’autres importations chinoises. Puis, à la surprise générale, le président Trump a menacé d’imposer des tarifs sur les produits du Mexique afin d’obliger le gouvernement de cet État à freiner l’immigration illégale à la frontière américaine. Les Américains ont toutefois reporté l’institution de nouveaux tarifs sur les véhicules européens et levé ceux sur l’aluminium et l’acier provenant du Canada et du Mexique.
  • La courbe des taux de 10 ans par rapport à ceux de trois mois s’est inversée, aussi bien au Canada qu’aux États-Unis..
  • À la suite des commentaires de la Réserve fédérale américaine (Fed), les marchés anticipent une diminution du taux directeur. Les autorités monétaires des États-Unis restent toutefois prudentes et font preuve de patience pour le moment.
  • La première ministre du Royaume-Uni a démissionné en raison du rejet par le Parlement britannique des diverses ententes que son gouvernement avait négociées avec l’Union européenne. L’issue de ce chapitre de l’histoire de l’Europe demeure difficile à prévoir et constitue une source d’inquiétude importante.
  • Les obligations fédérales du Canada ont présenté un rendement de 1,4 % pour la période.(Source : Canaccord Genuity) 
Comportement de nos fonds

Nos Portefeuilles FDP de la catégorie revenu fixe se sont particulièrement distingués en mai. Pour sa part, le Portefeuille FDP Actions canadiennes se retrouve encore parmi les meilleurs fonds de ce type au Canada1. Nos Portefeuilles FDP Actions américaines et Actions pays émergents se sont classés quant à eux dans le troisième quartile, bien qu’ils soient alignés sur les indices de référence spécifiés dans leur stratégie de placement. 1 Source : Morningstar inc.

Notre veille stratégique

Principaux risques

Voici quelques risques qui sont susceptibles d’avoir un impact sur l’économie et les marchés.

  • La guerre commerciale entre les deux superpuissances mondiales s’intensifie et les nouveaux tarifs imposés sur les biens chinois entrant aux États-Unis toucheront vraisemblablement de plein fouet les consommateurs américains.
  • Un conflit militaire entre les États-Unis et l’Iran pourrait survenir dans la foulée des sanctions économiques imposées par Washington à Téhéran.
  • La possibilité d’un Brexit sans entente entre le Royaume-Uni et l’Union européenne est bien réelle et un tel dénouement prolongerait le ralentissement économique en Europe.
  • Le virage à 180 degrés de la Fed, qui envisage maintenant des réductions du taux directeur, pourrait constituer une erreur. En effet, des taux trop bas seraient problématiques dans un contexte de réaccélération de l’économie et d’augmentation importante de l’inflation.
Indicateurs fondamentaux

Expansion de la masse monétaire aux États-Unis 

Au cours des six derniers mois, la croissance de la masse monétaire aux États-Unis a été pratiquement nulle.

Taux directeur aux États-Unis 

Trois baisses du taux directeur sont anticipées aux États-Unis au cours des 12 prochains mois, ce qui laisse voir que le marché considère le taux actuel trop élevé, compte tenu de l’incertitude économique.

Évaluation du marché boursier américain 

Celle-ci s’est améliorée, puisque le ratio cours-bénéfice a légèrement diminué, passant de 16,7 à 16 fois son évaluation.

Nos stratégies

Nous avons réduit de 10 % la pondération en actions du Portefeuille FDP Répartition tactique d’actifs en mai et celle de nos portefeuilles équilibrés a également été modifiée. Présentement, les titres de revenu sont surpondérés, le niveau d’encaisse est légèrement supérieur et le poids des actions respecte les cibles, ce qui correspond à un positionnement défensif dans un contexte où les risques géopolitiques sont toujours présents.

Bien que le cycle actuel soit avancé et que la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis s’envenime, nous demeurons optimistes, mais prudents face à l’évolution des marchés boursiers.

 

François Landry, CFA
Vice-président et chef des placements

Source des données : Bloomberg

Les informations contenues aux présentes proviennent de sources que nous jugeons fiables; toutefois, nous n’offrons aucune garantie à l’égard de ces informations et elles pourraient s’avérer incomplètes. Les opinions exprimées sont basées sur notre analyse et interprétation de ces renseignements et ne devraient en aucun cas être considérés comme une recommandation. Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec votre conseiller en gestion de patrimoine ou votre spécialiste en matière fiscale, comptable ou juridique.

Pour effectuer une analyse de votre situation,
adressez-vous en toute confiance à l’un de nos conseillers.