Mon compte

Les bourses de partout dans le monde ont enregistré de fortes baisses en octobre, Wall Street ayant connu dans la foulée son pire mois depuis plusieurs années. La croissance économique a été robuste aux États-Unis, mais elle a décéléré dans la plupart des autres pays, notamment en Chine. La conjoncture demeure néanmoins favorable, bien que différentes menaces soient encore bien réelles.

Zoom sur le mois dernier

Survol des bourses mondiales
  • Les places boursières américaines ont peiné en octobre, l’indice S&P 500 perdant 5,3 % de sa valeur, comparativement à 7,6 % pour le Nasdaq.
  • Au Canada, le S&P/TSX a chuté de 6,3 %, les titres de sociétés de tous les secteurs d’activité ayant écopé. Le rendement de l’indice-phare de la Bourse canadienne, incluant les dividendes, s’établit ainsi à -5 % jusqu’à présent en 2018.
  • La situation a été la même ailleurs dans le monde, les bourses internationales ayant reculé de 6,4 % pendant que celles des pays émergents fléchissaient de 7,6 %.

*Tous les pourcentages de cette section tiennent compte des résultats en devise canadienne.

Événements marquants

  • Les commentaires du président de la Réserve fédérale américaine à l’effet d’une hausse possible des taux en territoire restrictif ont contribué à faire chuter les marchés boursiers. Le niveau de volatilité a alors monté de quelques crans, ce qui a incité plusieurs investisseurs à réduire leur pondération en actions et accentué le repli des bourses.
  • Les plus récents résultats trimestriels des entreprises américaines ont généralement surpassé les attentes, et les anticipations des investisseurs à cet égard ont été revues à la baisse, laissant craindre la possibilité d’une prochaine décroissance des profits des sociétés.
  • La guerre commerciale entre Washington et Pékin, les élections de mi-mandat aux États-Unis et le ralentissement de la progression de l’économie chinoise ont contribué au sentiment d’inquiétude ambiant.
  • Le déficit prévu de l’Italie en 2019 et la crise politique que celui-ci a déclenché avec l’Union européenne ont mené à une réduction de la cote de crédit de la république italienne.
  • La Banque du Canada a fait croître son taux directeur de 0,25 % en octobre, celui-ci atteignant maintenant 1,75 %. Une nouvelle hausse est attendue en décembre et trois autres devraient suivre en 2019.
  • Les obligations fédérales du Canada, toutes échéances confondues, ont affiché un rendement de -0,4 % durant le mois. Jusqu’ici cette année, leur rendement cumulatif est de -0,6 %.
Comportement de nos fonds

Les marchés boursiers ont été fortement corrélés au cours du mois d’octobre, de sorte que les bourses ont connu un recul d’une amplitude similaire.

  • Nos fonds d’actions ont été sujets à des corrections durant le mois, malgré la prépondérance d’entreprises de qualité dans nos investissements.
  • Pour leur part, les investisseurs n’ont privilégié aucun style durant cette période.
  • Les approches de revenu (dividende) se sont relativement bien comportées.

Notre veille stratégique

Principaux risques

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine demeure l’un des principaux facteurs pouvant freiner la croissance mondiale.

Le taux des derniers tarifs douaniers imposés par la Chine sur diverses importations américaines sera augmenté de 10 % à 25 % le 1er janvier 2019 si les deux superpuissances ne s’entendent pas d’ici là. Une rencontre entre les présidents Trump et Xi Jinping devrait avoir lieu à la fin de novembre, mais rien ne laisse entrevoir une résolution rapide du conflit pour le moment.

Voici quelques autres risques que nous suivons de près.

  • Les difficultés économiques qu’éprouvent la Turquie, l’Argentine et l’Afrique du Sud pourraient se propager aux autres pays émergents.
  • Les problèmes de nature politique entre l’Italie et l’Union européenne ainsi que les négociations infructueuses sur l’après-Brexit laissent planer des doutes sur la progression de l’économie en Europe.
  • L’Accord États-Unis Mexique Canada (AEUMCA) n’a pas encore été approuvé par le Congrès américain et une entente sur les tarifs des exportations canadiennes d’aluminium et d’acier semble peu probable à court terme, ce qui génère de l’incertitude sur les marchés.
  • Les tensions observées à la suite de l’assassinat d’un journaliste en Turquie par les Saoudiens et les troubles au Moyen-Orient consécutifs au retrait de Washington de l’Accord nucléaire iranien pourraient avoir des effets néfastes.
Indicateurs fondamentaux

Les principaux indicateurs fondamentaux ont été stables en octobre. Il convient toutefois de souligner que :

  • l’accroissement des coûts résultant de l’inflation et de l’imposition de tarifs douaniers menace d’amputer les marges de profit des entreprises;
  • l’évaluation des marchés boursiers est plus abordable;
  • la croissance globale des marchés ne semble plus synchronisée comme en 2017 et on observe un ralentissement de la croissance économique à l’extérieur des États-Unis.
Nos stratégies

Notre sentiment face aux marchés boursiers demeure positif et c’est pourquoi nous avons augmenté la pondération en actions à 67,5 % dans le Portefeuille privé FDP Répartition tactique d’actifs.

Nous maintenons notre stratégie qui consiste à surpondérer les actions dans nos approches en Gestion privée. Cette décision repose sur les facteurs suivants :

  • la conjoncture favorable et le risque de récession peu élevé;
  • la faible probabilité d’une menace d’inflation incontrôlée;
  • la progression soutenue des revenus et des bénéfices des entreprises;
  • l’évaluation raisonnable des titres boursiers consécutive au recul des marchés en octobre.

François Landry, CFA
Premier vice-président et chef des placements

Voulez-vous connaître la réaction de notre équipe de placements concernant les élections américaines de mi-mandat et leur impact sur les marchés? En savoir plus

 

Source des données : Bloomberg

Les informations contenues aux présentes proviennent de sources que nous jugeons fiables; toutefois, nous n’offrons aucune garantie à l’égard de ces informations et elles pourraient s’avérer incomplètes. Les opinions exprimées sont basées sur notre analyse et interprétation de ces renseignements et ne devraient en aucun cas être considérés comme une recommandation. Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec votre conseiller en gestion de patrimoine ou votre spécialiste en matière fiscale, comptable ou juridique.

Pour effectuer une analyse de votre situation,
adressez-vous en toute confiance à l’un de nos conseillers.