Financière des professionnels
 
Mon compte

Stéphane Girard
MBA, CIMMD, Pl. Fin.

Spécialiste, placements et connaissance produits

Portefeuille en mouvement

Dans des articles précédents, nous avons discuté des avantages que peut procurer un portefeuille de placements qui est géré activement. Cependant, en tant qu’investisseur, il peut être difficile pour vous d’évaluer toute l’ampleur des mouvements qui sont effectués dans votre portefeuille.

Que se passe-t-il sous la surface?

Ne vous y trompez pas : tout comme un canard qui glisse gracieusement sur une mare mais dont les pattes « pédalent » follement sous l’eau pour pouvoir avancer, un portefeuille dont la performance est supérieure à celle d’autres fonds de même catégorie, tire profit d’une multitude d’ajustements fréquents, effectuées par des gestionnaires avisés qui connaissent très bien les marchés.

Nous vous proposons aujourd’hui de plonger avec nous afin de découvrir quelles actions ont été initiées sous la surface de nos produits de placements depuis le début de l’année 2020.

Des obligations qui surpassent les attentes

Débutons notre tour d’horizon avec les obligations canadiennes. La composante en revenu fixe de votre portefeuille de placements est souvent prise pour acquis parce qu’elle est plus prévisible et moins sujette aux rebondissements des marchés. Ou du moins, c’est ce qu’on croit. Pourtant, notre Portefeuille FDP Obligations canadiennes affiche actuellement un rendement annuel cumulatif jusqu’au 1er octobre 2020 de 8,01 %. En fait, Il s’agit de notre fonds le plus performant depuis le 1er janvier 2020! Une grande part du mérite pour cette performance revient à notre gestionnaire, dont l’expérience et les compétences ont hissé le fonds au 36e rang percentile de sa catégorie.

Une recette évolutive
  • Si l’on regarde la composition du fonds en termes d’obligations dites gouvernementales, on remarque que le pourcentage d’obligations fédérales a été progressivement réduit de près de la moitié, pour faire place à des obligations provinciales et municipales qui offrent un taux de coupon plus intéressant.
  • Du côté des obligations corporatives qui composent près de 45 % du portefeuille, notre gestionnaire a modifié la composition sectorielle. Au début de 2020, les titres du secteur financier composaient environ 20 % de l’ensemble du portefeuille : cette pondération se situe maintenant à environ 25 %. La raison en est que le système bancaire canadien est l’un des meilleurs au monde et qu’il serait très surprenant qu’il y ait des défauts de paiement dans ce secteur. Par contre, la pondération des secteurs de l’immobilier et de l’énergie a été considérablement réduite depuis le début de l’exercice.
Actions en mutation

Du côté des actions, regardons maintenant les mouvements qui se sont produits dans notre Portefeuille FDP Actions canadiennes, qui est offert tant en fonds commun de placement de série A que dans notre Gestion privée.

  • L’exposition relative aux titres liés au secteur de l’énergie a été réduite de 50 %.
  • Contrairement aux obligations, la pondération des actions du secteur financier a été réduite par rapport à celle de l’indice canadien S&P/TSX. Le secteur financier peine en effet à effectuer un retour en force actuellement. Nos gestionnaires ont donc accentué la sous-pondération du fonds dans ce secteur.
  • Le secteur des technologies est sans conteste celui dont tout le monde parle depuis des mois. Notre fonds a débuté l’année avec une pondération de 7,71 % dans ce secteur, soit une surpondération par rapport à celle de l’indice S&P/TSX, qui se situait alors à 5,66 %. Nos gestionnaires ont maintenu cette surpondération tout au long de l’année, allant même jusqu’à détenir 3,14 % de plus que l’indice.
  • Par ailleurs, d’autres secteurs ont connu des mouvements en deux temps. Citons à cet effet les titres industriels, qui ont été réduits dans le Portefeuille au plus fort de la crise, pour revenir ensuite en force lorsque nos gestionnaires ont observé l’amélioration rapide qu’a connu le secteur. Notre fonds d’actions canadiennes est actuellement surpondéré dans le secteur industriel.
Comme un canard dans la mare

Le Portefeuille FDP Actions canadiennes est composé d’environ 130 titres différents. Au mois de mars seulement, pas moins de 18 titres ont été retirés du portefeuille et remplacés par 11 autres, ainsi que de l’encaisse. Ces nombreuses transactions avaient pour but de protéger le capital des investisseurs dans une période très instable.

En avril, nos gestionnaires ont positionné le portefeuille afin de pouvoir tirer profit de la reprise économique. Ils ont transigé (ajouts ou retraits complets) 34 titres différents, soit plus de 25 % du portefeuille, en plus de redéployer l’encaisse qui avait été accumulée le mois précédent. Toute cette activité n’est qu’une partie infime de l’ensemble des actions qui ont été effectuées par nos gestionnaires dans notre fonds d’actions canadiennes. Leur vigilance et leur proactivité nous permettent actuellement d’afficher une performance qui est supérieure à celle de 94 % de nos concurrents dans cette catégorie. Le rendement cumulatif annuel jusqu’au 1er octobre du fonds est de 1,67 %, comparativement à -6,62 % pour la médiane de la catégorie.

Question d’équilibre

En ce qui concerne nos Portefeuilles FDP équilibrés ou nos portefeuilles en Gestion privée, les transactions sont multipliées par le nombre de fonds ou de portefeuilles privés qui les composent. En Gestion privée, notre équipe de placements procède également à d’autres types de transactions, par exemple, à l’intérieur de l’allocation d’actif.

  • Dans nos approches Revenu et Dynamique en Gestion privée, la pondération en actions canadiennes a été réduite de 5 % au début du mois de février 2020, avant que ne survienne la crise. Au mois de mai, les perspectives économiques consécutives à la première vague nous ont poussés à réduire de façon stratégique les actions canadiennes d’un autre 5 % dans l’approche Revenu.
  • Nous avons également procédé à un ajustement à l’intérieur des fonds d’actions globaux dans nos approches Croissance et Revenu. Ces actions visent à tirer profit de la performance supérieure des titres de style croissance dans les marchés à l’heure actuelle.
Gestion active aussi à l’externe
  • En ce qui concerne les gestionnaires externes de nos fonds, nous tenons des vidéoconférences trimestrielles avec chacun d’entre eux. Lors des discussions qui ont eu lieu au cours des trois premiers trimestres de 2020, nous avons pu constater une augmentation générale du taux de rotation des titres à l’intérieur des fonds. Ce niveau d’activité nous confirme que nos gestionnaires ont repositionné les portefeuilles durant la crise et profité des opportunités de placements qui se sont présentées dans un contexte de marchés hautement volatils.
  • Nous avons également mis fin au mandat de certains de nos gestionnaires. Nous avons ainsi remplacé l’un des trois gestionnaires du Portefeuille FDP Actions canadiennes dividende parce que son approche ne cadrait plus avec notre stratégie. Comme ce fonds se classe actuellement aux abords du premier quartile dans sa catégorie, cette décision proactive visait à maintenir de hauts standards de qualité.

Proactivité toujours!

Il est bien évident que nous ne voulons ni ne pouvons citer toutes les transactions effectuées dans chacun de nos fonds et portefeuilles. Cependant, cet aperçu de certains des mouvements des derniers mois vous permet de constater que les résultats que vous révèle votre relevé de comptes dissimulent une proactivité constante de nos gestionnaires internes et externes. Cette capacité d’anticiper et de réagir rapidement n’a qu’un but : générer des résultats supérieurs pour nos investisseurs et protéger votre portefeuille de placements.

Si cet article suscite des questions, n’hésitez pas à communiquer avec votre conseiller, qui reste toujours votre interlocuteur clé pour tout ce qui concerne la gestion de vos placements et votre planification financière.

 

Stéphane Girard, MBA, CIMMD,Pl. Fin.
Spécialiste, placements et connaissance produits


Les informations contenues aux présentes proviennent de sources que nous jugeons fiables; toutefois, nous n’offrons aucune garantie à l’égard de ces informations et elles pourraient s’avérer incomplètes. Les opinions exprimées sont basées sur notre analyse et interprétation de ces renseignements et ne devraient en aucun cas être considérés comme une recommandation. Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec votre conseiller en gestion de patrimoine ou votre spécialiste en matière fiscale, comptable ou juridique.

Un placement dans un Portefeuille FDP peut donner lieu à des courtages, des commissions de suivi, des frais de gestion et autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Chaque taux de rendement indiqué est un taux de rendement total composé annuel historique, qui tient compte des fluctuations de la valeur du portefeuille et du réinvestissement de toutes les distributions, et qui ne tient pas compte des commissions d’achat et de rachat, des frais de placement ni des frais optionnels ou de l’impôt sur le revenu payables par un investisseur, qui auraient pour effet de réduire le rendement.  Les parts des fonds ne sont pas assurés par la Société d’assurance-dépôts du Canada. Les Portefeuilles FDP ne sont pas garantis; leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement dans l’avenir.

À propos du classement Morningstar

Le Rendement ajusté au risque Morningstar (RARM), connu sous le nom de Classement par étoiles, compare la performance ajustée au risque d’un fonds à celle de ses pairs dans la même catégorie CCNFI (Comité canadien de normalisation des fonds d’investissement) pour la période se terminant à la date indiquée et il est sujet à changement chaque mois. La cotation est une évaluation objective quantitative du rendement ajusté en fonction du risque d’un fonds par rapport à celui des autres fonds de sa catégorie. Seuls les fonds qui existent depuis au moins trois ans peuvent figurer au classement. La cotation globale d’un fonds représente la moyenne pondérée des rendements sur trois, cinq et dix ans, le cas échéant, en fonction des rendements des bons du Trésor à 91 jours et du groupe d’homologues. Un fonds ne peut être coté que si le groupe d’homologues contient suffisamment de fonds pour permettre une comparaison sur au moins trois ans. Pour déterminer le classement d’un fonds particulier, celui-ci et ses pairs sont évalués selon leur RARM. Si un fonds se classe dans le 10 % supérieur de sa catégorie, il reçoit cinq étoiles (note élevée). S’il se classe dans le 22,5 % suivant, il reçoit quatre étoiles (note supérieure à la moyenne). S’il se retrouve dans le 35 % suivant, il obtient trois étoiles (note neutre ou moyenne). Les fonds qui se classent dans le 22,5 % suivant sont cotés deux étoiles (note sous la moyenne), alors que ceux qui se retrouvent dans le dernier 10 % n’ont qu’une seule étoile (note inférieure). Pour plus d’infos, consultez morningstar.ca.

Pour la période terminée le 1er octobre 2020, les rendements du Portefeuille FDP Obligations canadiennes, série A, se présentent comme suit : 8,01 % (1 an – 524 fonds), 5,49 % (3 ans – 451 fonds), 3,69 % (5 ans – 344 fonds), 3,45 % (10 ans – 161 fonds) et 7,51 % (depuis la création du fonds le 31 mars 1978).

Pour la période terminée le 1er octobre 2020, les rendements du Portefeuille FDP Actions canadiennes, série A, se présentent comme suit : 1,67 % (1 an – 680 fonds), 5,58 % (3 ans – 591 fonds), 6,74 % (5 ans – 415 fonds), 6,34 % (10 ans – 220 fonds) et 7,46 % (depuis la création du fonds le 31 décembre 1987).

MD2020 Morningstar Research Inc. Tous droits réservés. L’information contenue ici : (1) est la propriété de Morningstar et/ou de des fournisseurs de données; (2) ne peut être copiée ou distribuée; et (3) n’est pas garantie comme étant exacte, complète ou à jour. Ni Morningstar ni ses fournisseurs de données ne sont responsables des dommages ou des pertes pouvant survenir à la suite de toute utilisation de cette information. Les rendements passés n’offrent aucune garantie des rendements futurs. Source : Morningstar Direct et Financière des professionnels, au 1er octobre 2020.

Nous contacter