40 ans
 
Mon compte

Vous avez travaillé fort pour arriver où vous êtes aujourd’hui et vous sentez que le temps est venu de passer à une autre étape en acquérant votre première maison. Vous êtes emballé par cette idée, mais avant de partir à la recherche de la résidence distinctive dans laquelle vous vous imaginez déjà, vous aimeriez que votre projet de devenir propriétaire soit bien ficelé d’un point de vue financier. Voilà une sage décision et les précisions qui suivent vous aideront à lancer sur de solides bases votre rêve de vous offrir un chez-vous à la hauteur de vos aspirations.

Mise de fonds initiale : ce qu’il faut savoir

Au Québec, une mise de fonds initiale d’au moins 5 % du coût d’une propriété de 500 000 $ ou moins est exigée. À cette somme, vous devez ajouter 10 % de la portion du prix de la demeure qui excède 500 000 $. Cependant, si votre mise de fonds se situe entre 5 % et 20 %, vous devrez obtenir une assurance prêt hypothécaire de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) ou d’un autre assureur hypothécaire. Au montant de votre emprunt, une prime s’ajoutera alors à votre versement hypothécaire, calculée en fonction de votre mise de fonds initiale et du montant de l’hypothèque.

Par contre, si vous en avez les moyens, vous pouvez éviter cet ajout financier en effectuant une mise de fonds initiale égale ou supérieure à 20 %. Ainsi, si l’épargne que vous avez accumulée vous laisse une certaine latitude, vous pourriez en utiliser une partie pour bonifier votre investissement de départ. En agissant de la sorte, vous réduisez le montant de votre prêt hypothécaire ainsi que les frais d’intérêt à payer et vous évitez de devoir assurer votre hypothèque par la SCHL.

Le RAP est peut-être pour vous

Vous avez contribué à un REER au fil des ans? Grâce au régime d’accession à la propriété (RAP), vous avez la possibilité de retirer jusqu’à 25 000 $ de ces économies pour la mise de fonds initiale, sans payer d’impôt, lors de l’achat d’une première habitation. Prenez note que vous bénéficierez d’un délai de 15 ans pour remettre dans votre REER les montants obtenus, et ce, à partir de la deuxième année suivant celle du retrait. Sinon, vous devrez vous imposer sur la somme du 1/15 par année du montant emprunté.

Établissez le prix approximatif que vous pouvez payer

Comme à toutes les étapes importantes de votre vie, vous avez avantage à réviser votre planification financière et votre budget de façon à y intégrer les sommes à débourser pour acquérir votre nouvelle demeure, l’entretenir et y vivre. L’exercice vous permettra aussi d’évaluer le prix de la maison que vous avez les moyens de vous offrir.

Une fois ce montant déterminé, vous pourrez effectuer les démarches pour obtenir un certificat de préautorisation auprès de votre institution bancaire ou d’un courtier hypothécaire. Ce document qui établit votre capacité d’emprunt maximale vous sera utile lors des négociations, et si un taux d’intérêt garanti vous a été octroyé par le prêteur, vous serez à l’abri de hausses éventuelles pour une certaine période.

Un conseil en terminant : laissez-vous une bonne marge de manœuvre, car l’achat d’une propriété comporte son lot de dépenses : frais de notaire et d’inspection, droits de mutation, coût des rénovations, réparations et meubles, etc.

Vous aimeriez compter sur un allié pour l’acquisition de votre première maison? Communiquez avec un de nos conseillers, qui se fera un plaisir de vous aider dans votre planification financière.

Les stratégies de planification financière traitées dans le présent article peuvent ne pas s’appliquer dans tous les cas. Veuillez consulter votre planificateur financier.

Pour effectuer une analyse de votre situation,
adressez-vous en toute confiance à l’un de nos conseillers.