Mon compte

Pas évident pour un professionnel incorporé de déterminer le meilleur moyen de faire croître son épargne !

Parmi les questions qui reviennent sans cesse : « Où devrais-je accumuler mes surplus annuels? Est-il préférable de sortir une somme supplémentaire de ma société pour maximiser mon CELI? Ou devrais-je simplement laisser l’ensemble des sommes croître à l’intérieur de ma société? »

Il n’y a malheureusement pas de réponse universelle, puisque la décision dépend d’une série de facteurs, mais surtout de votre répartition d’actifs.

Un facteur à considérer : l’imposition

La distinction majeure entre épargner dans votre CELI ou laisser les sommes dans votre société par actions (SPA) réside dans le fait que les rendements générés dans le CELI ne sont pas imposables, alors qu’ils le sont dans la SPA. Vous aurez cependant compris que les sommes que vous voudrez cotiser au CELI devront d’abord être retirées de la SPA et que ce revenu sera alors immédiatement imposé.

Portefeuille d’obligations vs portefeuille d’actions

Si votre tolérance au risque fait en sorte qu’il est préférable pour vous d’avoir des placements générant des revenus d’intérêts, il vous sera plus avantageux d’investir ces sommes dans votre CELI plutôt que dans votre SPA. Inversement, si les placements de votre SPA sont concentrés en actions, il serait plus avantageux fiscalement de laisser les placements dans votre SPA.

La démonstration

Les tableaux suivants vous présentent les résultats que vous pourrez escompter si vous cotisez les sommes dans votre CELI (scénario 1) ou si vous les laissez dans votre SPA (scénario 2).

SCÉNARIO 1
PORTEFEUILLE D’OBLIGATIONS
REVENUS D’INTÉRÊTS 3,9 %
Année INVESTISSEMENTS
SOCIÉTÉ
IMRTD1 NET À
L’ACTIONNAIRE
CELI
0 11 163 $ 6 000 $ 6 000 $
5 12 288 $   694 $ 6 978 $ 7 265 $
10 13 527 $ 1 458 $ 8 054 $ 8 796 $
15 14 890 $  2 299 $ 9 239 $ 10 651 $
20 16 392 $  3 224 $ 10 544 $ 12 896 $
25 18 044 $ 4 243 $ 11 979 $ 15 615 $
  • Pour obtenir une somme nette d’impôts de 6 000 $ que vous pourrez cotiser à votre CELI, vous devrez d’abord vous verser un dividende de 11 163 $ (en considérant un taux d’imposition de 46,25 % sur un dividende ordinaire).
  • Si l’on suppose un rendement d’intérêt des obligations de 3,9 % par année, on remarque qu’après 25 ans, la valeur nette du CELI serait de 15 615 $. En laissant les sommes dans la société, la valeur nette à l’actionnaire serait plutôt de 11 979 $. L’écart en faveur du CELI serait donc de 3 636 $. L’exemple n’étant basé que sur une seule cotisation, l’écart serait encore plus intéressant si l’exercice était répété chaque année.
SCÉNARIO 2
PORTEFEUILLE D’ACTIONS
GAIN EN CAPITAL 6,4 %
Année INVESTISSEMENTS
SOCIÉTÉ
IMRTD1 NET À
L’ACTIONNAIRE
CELI
0 11 163 $ 6 000 $ 6 000 $
5 14 106 $ 603 $ 8 815 $ 8 182 $
10 17 825 $ 1 364 $ 12 372 $ 11 158 $
15 22 524 $ 2 327 $ 16 867 $ 15 215 $
20 28 463 $ 3 543 $ 22 547 $ 20 748 $
25 35 967 $ 5 080 $ 29 725 $ 28 294 $
  • Avec un portefeuille composé d’actions à 100 % et qui génère un rendement de 6,4 % de gains en capital, le résultat est différent.
  • On remarque que la valeur nette à l’actionnaire est ici légèrement plus élevée que celle du CELI.
  • La raison en est que le gain en capital est fiscalement plus avantageux que le revenu d’intérêts. Il devient donc plus avantageux fiscalement de conserver les sommes dans la société et de profiter du traitement fiscal préférentiel.

1 La colonne IMRTD signifie Impôt en main remboursable au titre de dividende. Il s’agit d’un compte d’impôt payé en trop sur les revenus de placement d’une société. Cet impôt payé d’avance est toutefois récupéré par la société lorsque celle-ci verse des dividendes à l’actionnaire.

Une théorie sur le sujet stipule toutefois que, peu importe votre profil d’investisseur, il est préférable de maximiser votre CELI chaque année. La raison en est que nul ne sait quelles seront les règles fiscales en vigueur dans 20 ou 30 ans. La stratégie la plus souhaitable est sans aucun doute de répartir vos investissements dans différents véhicules et de bien les diversifier afin de parer aux changements fiscaux qui ne manqueront pas de se produire.

Nos experts  à votre service
Pour vous aider à prendre les meilleures décisions financières, n’hésitez pas à faire appel à votre conseiller en gestion de patrimoine : ensemble, vous pourrez discuter de votre situation et, avec l’aide de nos fiscalistes, il pourra vous proposer le meilleur plan d’action pour protéger votre patrimoine. Vous pouvez vous fier à son expertise!

Pour effectuer une analyse de votre situation,
adressez-vous en toute confiance à l’un de nos conseillers.