Financière des professionnels
 
Mon compte

Aperçu du fonds

Ce fonds s’adresse aux investisseurs qui…

  • Recherchent des revenus réguliers et diversifiés pour leur répartition d’actifs.
  • Désirent investir dans une optique de sécurité et de croissance du capital, et ont une faible tolérance aux risques.

Objectifs de placement

  • Procurer un revenu régulier et préserver le capital investi.
  • Investir principalement dans des titres d’emprunt d’émetteurs canadiens et étrangers.
  • Peut également investir dans des titres de participation d’émetteurs canadiens et étrangers producteurs de dividendes ou de revenus.

L’Aperçu de fonds est publié une fois l’an. Consultez-le ici.

Sommaire

Volatilité:

Faible

Catégorie: fonds d’obligations canadiennes
Date de création :
31 mars 1978
Admissibilité au REER: oui, admissible à 100 %

Indice de comparaison: 

  • L’indice de référence est le FTSE TMX Univers.

Actifs*: 347 050 085 $
Nombre de placements: 130
Répartition cible:

  • Obligations: 100 %
  • Court terme: 0 %

*Au 21 mai 2021

Gestion du portefeuille

Gestionnaires

Les politiques de placement des fonds sont élaborées par le comité de placement du gestionnaire de fonds, qui se réunit périodiquement pour leur apporter les modifications requises. Le comité comprend des experts internes, des experts externes ainsi que des représentants des associations professionnelles qui constituent la majorité de la clientèle des fonds.

Principaux titres au 31 mars 2022

Gouvernement du Canada, 1,50 %, 1er juin 2031 3,3 %
Banque Toronto-Dominion, 1,94 %, 13 mars 2025 3,1 %
Province de l’Ontario, 2,60%, 2 juin 2025 3,0 %
Banque Royale du Canada, 3,30 %, 26 sept. 2023 2,5 %
PSP Capital Inc., 0,90%, 15 juin 2026 2,3 %
Province de l’Ontario, 3,50%, 2 juin 2043 2,3 %
Gouvernement du Canada, 1,75 %, 1er déc. 2053 2,2 %
Banque Canadienne Impériale de Commerce, 3,29 %, 15 janv. 2024 2,1 %
Province du Québec, 5,00 %, 1er déc. 2038 2,1 %
Province du Québec, 3,50 %, 1er déc. 2045 2,0 %
Fédération des caisses Desjardins du Québec, 1,09%, 21 janv. 2026 1,9 %
Banque Nationale du Canada, 2,98%, 4 mars 2024 1,9 %
Banque de Montréal, 2,28%, 29 juillet 2024 1,8 %
Banque de Montréal, 2,85%, 6 mars 2024 1,8 %
Province de l’Ontario, 2,90%, 2 juin 2028 1,8 %
Banque de Nouvelle Écosse, 2,38 %, 1er mai 2023 1,6 %
Province de l’Ontario, 1,35%, 2 déc. 2030 1,5 %
Province de l’Ontario, 5,60%, 2 juin 2035 1,5 %
Province du Québec, 1,90%, 1er sept. 2030 1,4 %
Province du Québec, 5,00%, 1er déc. 2041 1,4 %
Gouvernement du Canada, 2,00%, 1er déc. 2051 1,4 %
FINB BMO équipondéré banques 1,4 %
Province de l’Ontario, 2,15%, 2 juin 2031 1,3 %
Banque Nationale du Canada, 2,55%, 12 juillet 2024 1,3 %
Province de l’Ontario, 4,60%, 2 juin 2039 1,2 %
Valeur liquidative totale au 31 mars 2022 318 M $

Rendements

Rendements annuels *

* Les rendements de la première et dernière année sont non-annualisés

* Rendement non annualisé

Montant de 1 000 $ investi depuis la création du fonds

Veuillez noter que les résultats affichés sont à titre indicatif seulement. Un placement dans un Portefeuille FDP peut donner lieu à des courtages, des commissions de suivi, des frais de gestion et autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Chaque taux de rendement indiqué est un taux de rendement total composé annuel historique, qui tient compte des fluctuations de la valeur du portefeuille et du réinvestissement de toutes les distributions, et qui ne tient pas compte des commissions d’achat et de rachat, des frais de placement ni des frais optionnels ou de l’impôt sur le revenu payables par un investisseur, qui auraient pour effet de réduire le rendement. La référence aux indices n’est faite qu’à titre indicatif. La comparaison entre les indices, le cas échéant, peut varier en fonction de la taille du portefeuille, du moment auquel la transaction est effectuée et de l’objectif du mandat. Les titres des fonds ne sont pas assurés par la Société d’assurance-dépôts du Canada. Les organismes de placement collectif (OPC) ne sont pas garantis; leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement dans l’avenir.

Commentaires des gestionnaires

Les commentaires des gestionnaires proviennent du Rapport annuel de la direction sur le rendement du Portefeuille (Résultats d’exploitation), au 31 décembre 2021.

Le Portefeuille FDP Obligations canadiennes de série A a enregistré un rendement net de -2,69 % pour l’année 2021, alors qu’il était de 8,42 % pour l’année 2020. Le portefeuille FDP Obligations canadiennes de série I a enregistré un rendement net de -1,79% pour l’année 2021.

Le marché obligataire, tel qu’il est mesuré par l’indice obligataire universel FTSE Canada, a enregistré un rendement annuel de -2,54%. Un revirement de situation a toutefois pu être observé dans la deuxième moitié de l’année. Le rendement affiché pour les six premiers mois de 2021 a été de -3,20 %, alors qu’il a été de 0,96% dans la seconde partie de 2021. Le rendement positif de l’indice au second semestre s’explique principalement par un repli des taux d’intérêt à long terme, en réponse à une hausse trop forte au premier semestre. La réouverture de l’économie a été moins rapide que prévu en raison des vagues subséquentes de COVID-19 ainsi que des problèmes liés aux chaînes d’approvisionnement et au manque de main-d’œuvre.

Ainsi, le rendement à échéance des obligations de dix ans du gouvernement canadien a augmenté de trois points de base entre le 30 juin 2021 et la fin de l’année, alors qu’il avait plus que doublé durant la première moitié de l’année, passant de 0,67% à 1,40%. Le différentiel entre les taux de rendement à long terme et ceux à court terme s’est réduit, entraînant un aplatissement de la courbe des taux. Dans le cas des obligations de sociétés, les écarts de crédit sont demeurés très faibles tout au long de l’année. Les banques centrales ont entrepris l’abandon progressif de leurs programmes d’achats d’obligations, mis en place pour soutenir l’économie durant la pandémie.

Il en résulte que la Réserve fédérale américaine et la Banque du Canada ont amorcé leur retrait de l’économie, tout en signalant des hausses de taux dans un avenir prochain. La forte inflation force la main des autorités dans ce sens.

Pour sa part, le Fonds a bénéficié d’une surpondération des obligations provinciales et de sociétés. En effet, les rendements à échéance plus élevée offerts par ces obligations ont bonifié la performance relative du portefeuille, et ce, dans un contexte de stabilisation des écarts de crédits. De plus, dans un environnement de hausse des taux d’intérêt, la durée légèrement plus courte du portefeuille par rapport à son indice de référence a également eu une incidence positive sur le rendement.
Nous contacter