Financière des professionnels
 
Mon compte

Yann Furic
B.B.A., M. Sc., CFA

Gestionnaire principal, répartition d’actifs et stratégies alternatives

Dure attente

Les élections présidentielles du 3 novembre dernier ont secoué les États-Unis, qui en sont ressortis plus divisés que jamais.

Comme aucun vainqueur n’a pu être confirmé le soir même, le monde entier a patienté durant plusieurs jours jusqu’à ce qu’un résultat se confirme.

Pas de vague bleue à l’horizon

Toutefois, dès le lendemain matin, il semblait évident que la vague bleue anticipée par certains médias ne se concrétiserait pas puisque toutes les indications portaient à croire que la Chambre des représentants conserverait sa majorité démocrate, alors que le Sénat continuerait d’être aux mains des républicains.

Ce scénario a été bien accueilli par les marchés boursiers. Un changement à la présidence, combiné à un Sénat majoritairement républicain, est une situation qui permet de limiter les mesures les plus redoutées qu’avaient avancées les démocrates, telles que l’augmentation des impôts des entreprises.

Une administration démocrate jugulée par un Sénat républicain devra aussi limiter la taille d’un plan d’aide fiscal gouvernemental et par le fait même, restreindre l’émission de dette et le niveau d’inflation futur, ce qui mène à une baisse des taux à long terme et favorise les titres de croissance, aux dépens des titres de valeur.

Vaccin à l’horizon

La semaine dernière, la compagnie pharmaceutique Pfizer annonçait les résultats préliminaires de tests concernant son vaccin contre la COVID-19, dont l’efficacité serait de plus de 90 %. Cette nouvelle a surpris les marchés, qui ne s’attendaient pas à l’annonce de résultats aussi tôt, et encore moins, d’une efficacité aussi élevée.

Cette bonne nouvelle a été reçue positivement par les marchés, puisqu’elle ouvre la porte à un possible retour à la normale après des mois de mesures spéciales contraignantes.

Une deuxième annonce, le 16 novembre, par la compagnie Moderna d’un vaccin dont l’efficacité serait de 94,5 %, est venue s’ajouter à cette première percée.

Mouvements des marchés

Les indices boursiers globaux ont tous augmenté et une rotation cyclique s’est amorcée. Les titres de reprise économique, plus cycliques, ont profité des dernières avancées pharmaceutiques, aux dépens des titres de croissance et de ceux relatifs au télétravail, notamment les titres technologiques.

La production et la distribution d’un vaccin dicteront la réouverture des économies. Il semble en ce moment que les doses disponibles en 2021 (sur la base d’un vaccin nécessitant deux doses), seront insuffisantes pour le retour à une vie normale dans les six à douze prochains mois.

Entretemps, l’Europe et maintenant l’Amérique du Nord continuent de voir le nombre d’hospitalisations augmenter, ce qui précipite la mise en place de mesures de confinement variables, selon la gravité de chaque situation.

Nos stratégies face à ces développements

Au lendemain des élections, nous avons augmenté la pondération des actions de façon tactique, un gouvernement américain divisé et de faibles taux d’intérêt rendant l’espérance de rendement des actions plus attrayant que celle des obligations sur un horizon de six à douze mois.

Nous conservons aussi notre positionnement Barbell. Dans le cadre de cette stratégie, nous continuons de détenir les actifs qui ont jusqu’à maintenant le mieux fonctionné durant la pandémie, soit les titres technologiques, tout en conservant des titres qui, à l’opposé, profiteront de la reprise économique, comme ceux du secteur des produits industriels.

Dans tous les cas, nous restons vigilants et proactifs. L’évolution de la situation nous permettra d’ajuster nos positions en continu.

Si vous avez des questions concernant cet article ou l’évolution de votre portefeuille, n’hésitez surtout pas à communiquer avec votre conseiller, votre personne ressource la mieux qualifiée pour la gestion globale de vos avoirs.

 

Yann Furic, B.B.A., M. Sc., CFA
Gestionnaire principal, répartition d’actifs et stratégies alternatives


Les informations contenues aux présentes proviennent de sources que nous jugeons fiables; toutefois, nous n’offrons aucune garantie à l’égard de ces informations et elles pourraient s’avérer incomplètes. Les opinions exprimées sont basées sur notre analyse et interprétation de ces renseignements et ne devraient en aucun cas être considérés comme une recommandation. Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec votre conseiller en gestion de patrimoine ou votre spécialiste en matière fiscale, comptable ou juridique.

Un placement dans un Portefeuille FDP peut donner lieu à des courtages, des commissions de suivi, des frais de gestion et autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Chaque taux de rendement indiqué est un taux de rendement total composé annuel historique, qui tient compte des fluctuations de la valeur du portefeuille et du réinvestissement de toutes les distributions, et qui ne tient pas compte des commissions d’achat et de rachat, des frais de placement ni des frais optionnels ou de l’impôt sur le revenu payables par un investisseur, qui auraient pour effet de réduire le rendement.  Les parts des fonds ne sont pas assurés par la Société d’assurance-dépôts du Canada. Les Portefeuilles FDP ne sont pas garantis; leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement dans l’avenir.

À propos du classement Morningstar

Le Rendement ajusté au risque Morningstar (RARM), connu sous le nom de Classement par étoiles, compare la performance ajustée au risque d’un fonds à celle de ses pairs dans la même catégorie CCNFI (Comité canadien de normalisation des fonds d’investissement) pour la période se terminant à la date indiquée et il est sujet à changement chaque mois. La cotation est une évaluation objective quantitative du rendement ajusté en fonction du risque d’un fonds par rapport à celui des autres fonds de sa catégorie. Seuls les fonds qui existent depuis au moins trois ans peuvent figurer au classement. La cotation globale d’un fonds représente la moyenne pondérée des rendements sur trois, cinq et dix ans, le cas échéant, en fonction des rendements des bons du Trésor à 91 jours et du groupe d’homologues. Un fonds ne peut être coté que si le groupe d’homologues contient suffisamment de fonds pour permettre une comparaison sur au moins trois ans. Pour déterminer le classement d’un fonds particulier, celui-ci et ses pairs sont évalués selon leur RARM. Si un fonds se classe dans le 10 % supérieur de sa catégorie, il reçoit cinq étoiles (note élevée). S’il se classe dans le 22,5 % suivant, il reçoit quatre étoiles (note supérieure à la moyenne). S’il se retrouve dans le 35 % suivant, il obtient trois étoiles (note neutre ou moyenne). Les fonds qui se classent dans le 22,5 % suivant sont cotés deux étoiles (note sous la moyenne), alors que ceux qui se retrouvent dans le dernier 10 % n’ont qu’une seule étoile (note inférieure). Pour plus d’infos, consultez morningstar.ca.

Pour la période terminée le 1er octobre 2020, les rendements du Portefeuille FDP Obligations canadiennes, série A, se présentent comme suit : 8,01 % (1 an – 524 fonds), 5,49 % (3 ans – 451 fonds), 3,69 % (5 ans – 344 fonds), 3,45 % (10 ans – 161 fonds) et 7,51 % (depuis la création du fonds le 31 mars 1978).

Pour la période terminée le 1er octobre 2020, les rendements du Portefeuille FDP Actions canadiennes, série A, se présentent comme suit : 1,67 % (1 an – 680 fonds), 5,58 % (3 ans – 591 fonds), 6,74 % (5 ans – 415 fonds), 6,34 % (10 ans – 220 fonds) et 7,46 % (depuis la création du fonds le 31 décembre 1987).

MD2020 Morningstar Research Inc. Tous droits réservés. L’information contenue ici : (1) est la propriété de Morningstar et/ou de des fournisseurs de données; (2) ne peut être copiée ou distribuée; et (3) n’est pas garantie comme étant exacte, complète ou à jour. Ni Morningstar ni ses fournisseurs de données ne sont responsables des dommages ou des pertes pouvant survenir à la suite de toute utilisation de cette information. Les rendements passés n’offrent aucune garantie des rendements futurs. Source : Morningstar Direct et Financière des professionnels, au 1er octobre 2020.

Nous contacter