Financière des professionnels
 
Mon compte

Stéphane Girard
MBA, CIMMD, Pl. Fin.

Spécialiste, placements et connaissance produits

Depuis le début de l’année, les marchés boursiers et obligataires démontrent une constante variabilité. Dans notre article du 2 juin 2021 (Que nous réserve la deuxième moitié de 2021?), nous avons fait mention d’une forte rotation observée entre les styles de gestion et les différents secteurs.

Voyons maintenant, chiffres à l’appui, comment cette correction rotative s’est matérialisée sur le marché boursier canadien durant les deux premiers trimestres de 2021 ainsi que durant le troisième, qui est toujours en cours.

Premier trimestre : la santé, grand gagnant
  • Au cours des trois premiers mois de 2021, le secteur de la santé a été de loin celui qui a obtenu les meilleurs résultats, avec une progression de près de 38 %.
  • Ironie du sort, les titres de cannabis font partie de ce secteur et ce sont ceux qui ont affiché les meilleures performances.
  • Les secteurs de l’énergie et des finances arrivent au deuxième et troisième rang, propulsés par l’anticipation de la réouverture synchronisée des marché mondiaux.
  • Pour ce qui est de la technologie, elle a terminé en territoire négatif durant cette période, après avoir connu une année 2020 exceptionnelle.

Premier Trimestre graphique

Deuxième trimestre : la technologie reprend la tête

Au second trimestre, l’indice S&P/TSX a poursuivi sur sa lancée, mais certains secteurs ont subi une correction.

  • La santé a reculé de 11,25 % entre le 1er avril et le 30 juin.
  • Le secteur industriel, très prometteur au premier trimestre, s’est également retrouvé en territoire négatif.
  • La technologie a regagné le haut du pavé, affichant une progression de près de 19 %.
  • Quant aux secteurs de l’énergie et de l’immobilier, ils ont réussi à maintenir la cadence.

Revirements de fin d’été
  • Depuis le 1er juillet, nous assistons à un revirement de situation en ce qui concerne l’énergie. La propagation du variant Delta ainsi que la reprise désynchronisée des économies mondiales laissent envisager une demande moins forte pour le pétrole.
  • Cette situation touche également le secteur des matériaux de base.
  • Le secteur de la santé a poursuivi sa dégringolade et arrive au dernier rang.
  • À travers tous ces retournements, le secteur de la consommation courante a maintenu une grande stabilité, passant progressivement du 9e rang à la fin du premier trimestre, au premier rang en date du 19 août.

Variations du Bitcoin

Les différents secteurs des marchés boursiers ne sont pas les seuls à avoir connu des variations, les cryptomonnaies telles que le Bitcoin ont, elles aussi, évolué en dents de scie.

  • Au 15 avril 2021, le Bitcoin a clôturé à 63 346 US $.
  • Au 20 juillet, le Bitcoin se transigeait à 29 608 US $, soit une baisse de 53,26 %.
  • En date du 19 août, le prix avait remonté à 46 395 US $, soit une augmentation de 56,70 % comparativement à son creux de juillet, mais toujours bien en deçà de son sommet d’avril dernier.

Avance, recule

Les taux d’intérêt au Canada et ailleurs dans le monde ont démarrés l’année à la hausse, mais, eux aussi, ont ensuite rebroussé chemin et atteignent actuellement une quasi-stabilité.

Tout un défi

Il nous semblait opportun d’appuyer nos propos en vous citant plusieurs données qui illustrent très bien le défi que représente l’année 2021 pour les investisseurs.

Les marchés ont connu des corrections, mais elles étaient essentiellement ciblées sur certains secteurs. De plus, les secteurs impliqués sont habituellement plus identifiés à un style qu’à un autre :

  • les titres des secteurs financier et de l’énergie sont majoritairement de style valeur et cyclique;
  • la technologie est clairement assimilée au style croissance.

La meilleure solution : une gestion active

Dans un tel environnement de changements rapides et draconiens, une gestion active des portefeuilles est primordiale. Plusieurs experts anticipent une augmentation de la volatilité cet automne : une telle situation souligne l’importance d’avoir recours à des experts qui préconisent ce type de gestion et qui sauront mettre en place une diversification optimale pour aller chercher de la valeur là où elle se trouve.

Si vous voulez en savoir plus sur les avantages de la gestion active de votre portefeuille, parlez à votre conseiller. Il pourra vous expliquer comment nos gestionnaires internes et externes se positionnent pour pouvoir saisir les meilleures opportunités des marchés.

Stéphane Girard, MBA, CIMMD, Pl. Fin.
Spécialiste, placements et connaissance produits


Les informations contenues aux présentes proviennent de sources que nous jugeons fiables; toutefois, nous n’offrons aucune garantie à l’égard de ces informations et elles pourraient s’avérer incomplètes. Les opinions exprimées sont basées sur notre analyse et interprétation de ces renseignements et ne devraient en aucun cas être considérés comme une recommandation. Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec votre conseiller en gestion de patrimoine ou votre spécialiste en matière fiscale, comptable ou juridique.

Nous contacter