Financière des professionnels
 
Mon compte

Stéphane Girard
MBA, CIMMD, Pl. Fin.

Spécialiste, placements et connaissance produits

Enfin!

Nous y voilà : le déconfinement progressif est amorcé au Québec, comme dans plusieurs régions du monde. Encourageantes, les premières données en provenance des pays qui ont déjà entamé le processus semblent indiquer que la propagation du virus reste sous contrôle, en autant que les mesures sanitaires sont respectées par la population.

 

Marchés boursiers en rebond

Du côté des placements, les différents indices boursiers nord-américains ont amorcé une intéressante remontée depuis le 23 mars 2020. En date du 22 mai 2020 :

  • le S&P/TSX était en hausse de 33,7 %;
  • le S&P 500 continuait sur sa lancée avec un relèvement de 27,9 % (en dollars canadiens):
  • en moyenne, les obligations canadiennes ont connu une augmentation de 4,1 % depuis le plancher atteint le 23 mars dernier.

Ce rebond a permis d’éponger une bonne partie de la baisse provoquée par la pandémie, mais nous ne sommes toujours pas revenus aux niveaux du début de 2020. Plusieurs facteurs restent aussi inconnus quant à la trajectoire future des marchés.

La question de l'heure

Au cours des dernières semaines, nous vous avons entretenu des comportements que les investisseurs devraient favoriser en période de baisse des marchés, notamment le fait d’éviter de céder à la panique. Aujourd’hui, nous vous proposons d’examiner la question que suscite le déconfinement progressif que nous connaissons : faut-il modifier son comportement d’investisseur durant cette période?

Pourquoi investir?

Avant toute chose, l’élément à identifier est l’objectif que vous poursuivez. Le placement et le rendement ne sont pas des fins en soi : règle générale, nous épargnons et nous investissons afin d’atteindre un but bien déterminé.

Très souvent, il concerne l’épargne requise pour une retraite confortable, ou encore pour un achat important envisagé dans un avenir plus ou moins rapproché. L’éducation de vos enfants ou des besoins particuliers les concernant, ou encore un projet relatif à votre carrière ou à votre vie personnelle pourraient aussi motiver votre épargne. Votre portefeuille de placements devient un instrument pour atteindre votre but.

Question de temps

Dans cette optique et tenant compte de la conjoncture actuelle, devriez-vous débuter votre épargne maintenant, ou attendre plus tard? Sachez qu’en placements, le temps est votre meilleur allié. Plus vous commencez à épargner tôt, plus les montants accumulés seront élevés. Le facteur le plus important n’est pas tant le moment où vous décidez d’investir, que la période de temps durant laquelle vous resterez investi.

L’étude de Brinson, Singer and Beebower, publié en 1991 dans le Financial Analysts’ Journal, démontre que la synchronisation avec les marchés (market timing) n’expliquerait que 1,8 % du rendement d’un portefeuille à long terme, tandis que la diversification de ce portefeuille serait responsable de plus de 91 % de son rendement.

Dans le même ordre d’idée, si vous détenez déjà un portefeuille important, vous avez tout avantage à mesurer le degré d’atteinte de votre objectif plutôt que le seul rendement, question de rester centré sur le but recherché.

 

Que nous dit l’IQPF?

En date du 22 mai 2020, notre Portefeuille FDP Équilibré  affichait un rendement de -2,30 % depuis le début de l’année. Prenons maintenant un peu de recul et examinons le résultat depuis le 1er janvier 2019, soit sur une période de 17 mois. On s’aperçoit que ce même fonds a procuré un rendement annualisé de 8,39 % pour cette période.

Or, selon les normes d’hypothèses de projections émises par l’IQPF pour 2020, les taux de rendement à utiliser lors d’une projection de retraite pour une personne détenant un portefeuille équilibré (60 % d’actions et 40 % de revenu fixe) sont de 3,90 %. Si vous détenez notre fonds dans votre portefeuille, vous êtes donc probablement toujours bien aligné et même légèrement en avance dans l’atteinte de votre objectif de retraite.

Remettre les choses en perspective vous procure une vision plus globale de votre situation et une meilleure évaluation de votre progression.

Une médaille, deux revers

Les périodes de fluctuations boursières comme celles que nous avons connues depuis le début de la crise sanitaire sont malgré tout très difficiles pour les investisseurs. La tentation est grande de sortir des marchés pour éviter d’alourdir ses pertes en période de baisse ou de tenter de faire des gains rapides lors d’un rebond. Dans ces moments, vous pourriez facilement oublier votre politique de placements, minutieusement établie avec votre conseiller pour refléter la durée de vos placements et le risque admissible dans l’atteinte de vos objectifs.

Pencher vers l’un de ces deux extrêmes ou même s’y engager reflète la puissance des émotions que peuvent provoquer les périodes de grande instabilité. Si vous sortez des marchés, vous perdez la possibilité de récupérer vos pertes et de profiter d’un renversement rapide de la tendance; si vous recherchez le gain à tout prix, vous pourriez prendre des risques que vous êtes incapable d’assumer et mettre en péril votre sécurité financière. Dans les deux cas, vous sortez de votre zone de confort. Le fait de dévier de votre profil de risque augmente fortement la probabilité que vous n’atteindrez pas le but que vous vous êtes fixé, quel qu’il soit.

Restez centré sur votre objectif, et non sur les événements des marchés. Posez-vous toujours la question : mon portefeuille me permettra-t-il d’atteindre mon but, tout en conservant une volatilité qui est acceptable pour le type d’investisseur que je suis?

Des solutions pour vivre avec la crise

Que ce soit pour réintégrer les marchés ou pour tenter de réaliser des rendements rapides à court terme, gardez à l’esprit que la situation actuelle est extraordinaire (dans tous les sens du mot) et que les marchés nous réservent probablement encore plusieurs soubresauts. Les données économiques à venir ainsi que la situation financière des entreprises pourraient ne pas rester au beau fixe. Et, soyons réaliste, il est pratiquement impossible de trouver la journée idéale pour investir ou réintégrer les marchés. Dans ces circonstances, l’investissement progressif devient une alternative très intéressante.

Progressivement, c’est mieux

Plutôt que d’attendre d’avoir la certitude absolue que les marchés seront en hausse pour une période prolongée, pourquoi ne pas diviser le montant que vous voulez investir annuellement selon une certaine fréquence (à chaque mois ou aux deux mois, par exemple). De cette façon, vous participez aux mouvements des marchés et vous profitez de leur momentum. En cas de baisse subite, vos investissements planifiés subséquents profiteront d’un prix plus bas des parts, ce qui vous permettra d’en augmenter le nombre. Dans un cas comme dans l’autre, vous en sortez gagnant.

Protégez votre avenir

À la Financière, nous savons que votre épargne, ce n’est pas qu’une question de chiffres. C’est surtout une vision de votre avenir que vous bâtissez chaque jour et que vous voulez protéger.

En cette période difficile, toutes nos équipes sont présentes et prêtes à vous soutenir. Nous restons vigilants et à l’affût des opportunités des marchés.

Si vous avez des questions concernant les questions soulevées dans cet article, n’hésitez pas à communiquer avec votre conseiller. Il reste votre meilleure ressource pour mener à bien votre plan de vie et il est facilement accessible.

Stéphane Girard, MBA, CIMMD,Pl. Fin.
Gestionnaire de produits, Pratique professionnelle


Les informations contenues aux présentes proviennent de sources que nous jugeons fiables; toutefois, nous n’offrons aucune garantie à l’égard de ces informations et elles pourraient s’avérer incomplètes. Les opinions exprimées sont basées sur notre analyse et interprétation de ces renseignements et ne devraient en aucun cas être considérés comme une recommandation. Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec votre conseiller en gestion de patrimoine ou votre spécialiste en matière fiscale, comptable ou juridique.

Nous contacter